mai 2014 archive

Les auteurs torturent-ils des chatons ?

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le paradoxe de la fiction (ou paradoxe de la réponse émotionnelle à la fiction, pour les pointilleux), et j’aime autant vous dire, ça va ressembler à un article sérieux. Ce paradoxe s’expose d’une manière assez simple : pourquoi sommes-nous émus par le sort de personnages que nous savons être fictifs ? Pourquoi pleurer de vraies larmes quand coule du faux sang ?

(suite…)